Sélectionner une page

Ces dernières semaines, les parents d’élèves des écoles maternelles de Malville et du Temple-de-Bretagne se battent contre les fermetures de classes voulues par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, qui, inversement, veut multiplier le nombre de classes dans les zones doi-disant « prioritaires », choix que nous condamnons. Or, comme le disent les parents d’élèves, les difficultés n’existent pas que dans lesdites zones. Ces fermetures pourraient de plus aboutir à une concentration excessive des élèves : jusqu’à trente-trois dans une même classe, à Malville et au Temple.

Nos élites politiques, en ne quittant pas la métropole nantaise et en snobant les ruraux, croient leur faire avaler n’importe quoi. Ils se proclament progressistes, et oublient pourtant l’article 3 de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), lequel dit que « dans toutes les décisions qui concernent les enfants […] l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale ».

Le Rassemblement national (RN), conscient de la surpopulation dans les classes, considère qu’il faut avant tout augmenter le nombre de professeurs des écoles, en redonnant l’amour de ce métier et en remettant les vertus originelles de l’instruction publique au centre de tout. Le nombre d’élèves par classes doit être réduit, et des classes créées.

Rassemblement national (RN) de la Loire-Atlantique


► SUR CE MÊME THÈME