Sélectionner une page

Le 30 juin Philippe Bescond-Garrec est décédé, victime d’un cancer contre lequel il se battait depuis plusieurs mois. Il est mort à Saint-Nazaire où il était né et où il était revenu après une carrière parisienne dans l’hôtellerie.

Il y rejoindra la section locale du Front national dont il deviendra un des militants les plus actifs et avisés. Candidat aux élections municipales il fut de tous les combats. Parallèlement il était le responsable régional de Résistance républicaine, le mouvement animé par Christine Tasin.

Sur son site il écrivit une centaine d’articles brillants et lucides avec une grande liberté d’esprit. Souvent, c’étaient de véritables coups de gueule contre l’islamisation de sa région : ici parce que le facteur ne distribuait plus le courrier car trop d’insécurité, là parce que des hommes, à la régie nantaise des transports refusaient de serrer la main des femmes… Il harcelait la police et le maire de Saint-Nazaire qui laissaient défiler des femmes voilées malgré la loi.

Philippe Bescond-Garrec avait une personnalité politique transversale ! Paradoxalement, alors qu’on aurait pu le croire jacobin, le combat pour la Bretagne fut le plus grand de ses engagements. C’est ce que vient de souligner Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal de Saint-Nazaire, dans l’hommage que vient de lui rendre le mouvement national : « il avait diffusé l’intérêt pour la bretonnité au sein de notre section, et grâce à lui cette conscience bretonne perdurera dans nos cœurs comme dans nos actes de femmes et hommes publics ».

Il développera les raisons de son attachement à sa patrie charnelle dans une interview à Breizh-info qui eut un grand retentissement.

Philippe Bescond-Garrec, qui n’avait jamais caché son homosexualité, fut victime d’une agression homophobe par un militant d’extrême gauche lors d’un tractage sur un marché pour la campagne des régionales. Une marque de l’hypocrisie de l’ultra-gauche qui n’a jamais cessé d’être « officiellement » aux côtés des minorités sexuelles, et notamment des gays.

François Cravic