Sélectionner une page

Il y a quelques semaines, la Mairie de Saint-Nazaire expérimentait l’extinction des éclairages publics la nuit entre minuit et cinq heures du matin. Le Rassemblement national (RN) comprend évidement l’importance de réduire la facture énergétique annuelle de la Ville, qui est de 900 000 euros par an (en 2017). Néanmoins, cette solution est inquiétante sur l’aspect sécuritaire.

L’éclairage public de Saint-Nazaire est indispensable au bon fonctionnement de la voirie et des services d’urgences (pompiers, Gendarmerie et Police, SAMU, SMUR). Comment repérer un cycliste, un usager piéton, un véhicule sans éclairage public ? Comment repérer une dégradation de la chaussée ? Comment voir une agression sans éclairage ? Comment constater un accident sur voie publique ?

Certains quartiers Ouest de la Ville sont également concernés. Ainsi, sur la zone côtière et rurale de Porcé aux Jaunais en passant par la zone rurale de l’Immaculée, de nuit, l’éclairage public est quasiment inexistant. C’est la même chose au niveau de la bande cyclable reliant Pornichet à Océanis.

Afin de réduire la facture énergétique, et malgré le coût important des travaux, il faut moderniser le réseau d’éclairage public, comme cela a été fait rue du commandant Charcot, avec une économie d’énergie constatée de 92 %. Il faut de même éteindre les édifices publics (mairies, gymnases, écoles) et arrêter l’éclairage de jour. Les économies faites pourraient donc être utilisées à bon escient dans d’autres domaines, notamment la réfection de la voirie.

Johnny MASSON


► SUR CE MÊME THÈME