Sélectionner une page

Les six cents immigrés clandestins majoritairement soudanais et érythréens, placés ces dernières semaines à Nantes, square Daviais, viennent d’en être délogés ce jeudi matin par la Police, avec l’appui de fonctionnaires de l’Office de l’immigration et de l’intégration (OFII), d’agents de la Ville et le concours de plusieurs bus de la TAN. On pouvait croire que le problème était réglé. On avait mal compris ! En effet, les clandestins vont être relogés dans des gymnases nantais.

Désormais, la maire, Johanna Rolland affirme par voie de presse qu’elle maîtrise la situation, au prétexte que le square Daviais est enfin libre d’accès, et veut faire croire que sa gestion du dossier est exemplaire. Mais les Nantais ne sauraient oublier, d’une part son inaction durant tout l’été, d’autre part sa collusion avec la droite et la Préfecture pour ne rien faire. Concernant le square, sa saturation, son insalubrité et l’exaspération des riverains, il semblait en effet « urgent d’attendre ». Ajoutons que ce sont nos impôts locaux qui paient le surcroît de travail donné aux services de la Mairie pour s’occuper de ces clandestins, et les nourrir.

Ce n’est pas une dispersion d’immigrés dans des gymnases qu’attendent bien des Nantais. C’est une expulsion qu’ils demandent ! Avec eux, nous exigeons que les clandestins du square Daviais soient renvoyés dans leur pays d’origine, car il n’y a rien à leur offrir ici en Loire-Atlantique qui ne soit en priorité nécessaire aux Français d’abord, à commencer par les plus fragiles.

Rassemblement national (RN) de la Loire-Atlantique


► SUR CE MÊME THÈME