Sélectionner une page

La nouvelle, annoncée ces derniers jours, d’un départ de la rédaction nazairienne de Presse Océan, d’ici septembre 2019, n’est pas quelque chose de positif. Le Rassemblement national (RN) de Saint-Nazaire émet à ce titre de vives inquiétudes, et regrette cette fermeture de la rédaction locale du quotidien. Cette décision brutale nous apparaît en effet comme un coup dur pour le pluralisme de la presse.

Sans nous faire d’illusions sur la manière dont notre formation était traitée depuis ces dernières années, surtout depuis notre entrée au conseil municipal de Saint-Nazaire, nous devions bien constater qu’au sein du groupe SIPA (également propriétaire de Ouest-France) le traitement réservé par Presse Océan aux mouvements politique en général, et au FN-RN en particulier, était notoirement plus professionnel, déontologique et impartial que ce à quoi nous étions habitués. L’on peut même parler de neutralité politique de Presse Océan, par rapport à Ouest-France.

Il y a donc lieu de s’inquiéter de la disparition d’une antenne locale d’un titre de presse connu et, souvent, apprécié des Nazairiens, notamment pour sa couverture des initiatives locales et de la vie des territoires. Faire connaître la vie des territoires, c’est d’ailleurs bien le credo officiel du groupe SIPA et de son titre-phare, Ouest-France, quotidien le plus vendu en France, bien que son credo officieux semble davantage être : en raboter le récit, le déformer, voire le censurer, dès lors que c’est le RN qui communique ! Nous ne comptons plus en effet le nombre de textes rédigés par nos équipes et censurés dans Ouest-France, chose que nous constations moins chez Presse Océan. Et nous regrettons, une fois encore, que pour SIPA, la rentabilité passe devant le pluralisme…

Soutien à la rédaction nazairienne de Presse Océan !

Gauthier BOUCHET


► SUR CE MÊME THÈME