Sélectionner une page

Dès février 2016, au lendemain des élections régionales, le groupe RN au conseil régional des Pays de la Loire réclamait une baisse de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), car l’augmentation du pouvoir d’achat et la résorption de la fracture territoriale avaient constitué les deux axes principaux de notre campagne, proposition rejetée alors par la majorité.

Pour rappel en effet, lors de la session plénière du conseil régional du 26 février 2016, dans une intervention d’Aymeric Merlaud, le FN indiquait que la majorité aurait dû « dès maintenant prendre une mesure concrète qui permettrait aux habitants de retrouver du pouvoir d’achat, en baissant la part régionale de la […] TICPE. » Nous précisions alors que cette mesure devait s’accompagner d’un courageux programme d’économies, ne figurant pas dans le débat d’orientation budgétaire de cette année.

Cette semaine, à l’occasion du vote du budget 2019, nous réitérerons cette demande et présenterons un vœu demandant : premièrement, la suppression en trois ans (d’ici la fin de la mandature) de la part régionale de la TICPE, 43 millions d’euros que l’exécutif utilise en contradiction avec la loi qui prévoit qu’elle soit réservée à l’investissement sur les moyens de transport durable, ce qui n’est pas clairement le cas dans le budget 2019, comme le relève l’avis du Conseil économique, social et environnemental de la Région (CESER) ; deuxièmement, une baisse de 10 % en trois ans de la taxe du certificat d’immatriculation (carte grise) sur chaque cheval fiscal, qui est de 43 euros actuellement, et a augmenté de 38 % depuis 2004.

Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, vient de déclarer l’état d’urgence économique et sociale en France, que Laurent Wauquiez, membre des Républicains (LR) vient de voter une baisse de la TICPE en Région Auvergne-Rhône-Alpes, et que la protestation populaire exige une baisse de la fiscalité, le groupe RN au conseil régional des Pays de Loire espère susciter un consensus dans ce sens, se tenant prêt à voter toute proposition substantielle et crédible de l’exécutif et/ou d’un groupe d’opposition reprenant pour tout ou partie notre demande de baisse de la fiscalité régionale.

Jean GOYCHMAN


► SUR CE MÊME THÈME