Sélectionner une page

Dans la soirée du 27 avril dernier, deux rixes ont éclaté dans le centre-ville de Saint-Nazaire, l’une dans un bus et l’autre place du Commando. Ces rixes seraient la cause d’une bagarre entre deux bandes rivales. Un jeune de vingt-deux ans, appartenant à l’un des groupes a été blessé à l’arme blanche. Par la suite, le 1er mai au soir, deux jeunes ont été blessés par des jets de bouteilles. Selon les forces de l’ordre. Il s’agirait d’un règlement de comptes liés aux rixes précédentes.

Ces faits très graves, impliquant des immigrés clandestins venus de Libye et de Syrie, viennent s’ajouter aux nombreux actes de délinquance que connaît quotidiennement notre ville : règlement de comptes, trafic de stupéfiants, tentatives de meurtres, incendies criminels, cambriolages, dégradation de biens communs.

David Samzun, maire de Saint-Nazaire et Xavier Perrin, son adjoint à la sécurité, ne donnent aucune réponse concrète à leurs administrés, pour enrayer ces problèmes. Les Nazairiennes et Nazairiens veulent des actes forts et que l’État de droit soit strictement appliqué dans notre ville.

Le Rassemblement national (RN) de Saint-Nazaire rappelle ses propositions en matière de sécurité publique : augmentation des effectifs de police municipale, armement de cette dernière, création d’un central de vidéoprotection et renforcement du nombre de caméras, dialogue et propositions avec les dépositaires de l’autorité publique. Dans les communes gérées par le RN, comme à Fréjus ou à Hénin-Beaumont, la sécurité publique est la priorité. Elle le sera à Saint-Nazaire lors de notre accession aux responsabilités. En mars 2020, les Nazairiens doivent condamner ce laxisme des socialistes.

Johnny MASSON


► SUR CE MÊME THÈME