Sélectionner une page

L’affaire d’agression sexuelle supposée à la Mairie de Saint-Nazaire opposant deux adjoints au maire — Martin Arnout et Laurianne Deniaud — donne une bien mauvaise image de la vie politique locale. Et il ne faut pas s’en féliciter. Mais elle commence également à agir au détriment des services municipaux.

En effet, le 6 juin dernier au matin, quelques minutes avant son ouverture, la commission consultative des services publics locaux (CCSPL) de la Ville a purement et simplement été annulée, compte tenu des demandes de mise en réserve formulées par le maire à l’attention des adjoints concernés par « l’affaire ». Ce simple fait a rendu impossible la tenue de cette réunion, devant pourtant légalement être convoquée chaque année. La quinzaine de participants, dont des conseillers municipaux, des représentants des services de la Ville, du camping et du crématorium, se sont donc déplacés pour rien…

Ces derniers jours, le maire de Saint-Nazaire, David Samzun, avait affirmé qu’il verrait au besoin à retirer les délégations des finances et de l’urbanisme aux adjoints concernés par l’agression supposée, s’ils ne pouvaient plus correctement exercer leurs fonctions. Précisément, nous y sommes ! Le Rassemblement national (RN) demande donc à ce qu’il procède sans tarder à ce retrait, réattribuant temporairement et sans attendre ces délégations à d’autres élus, pour la bonne marche des services municipaux nazairiens.

Gauthier BOUCHET


► SUR CE MÊME THÈME