Sélectionner une page

Communiqué


Le gymnase Jeanne-Bernard à Saint-Herblain est devenu un véritable camp : un taudis, où s’entassent environ 800 migrants, dans des conditions sanitaires douteuses qui posent question pour les riverains comme pour les clandestins eux-mêmes.

Une décision de justice demande l’évacuation de ce bâtiment, qui devait subir des travaux, mais le préfet refuse toujours de l’appliquer. Le quotidien des habitants est devenu un véritable enfer, tapage nocturne, rixes, règlements de compte, trafic de drogue, agressions, cambriolages, vols et viol, angoisse de voir son logement squatté… Mais les pouvoirs publics restent impassibles, laissant les citoyens français livrés à cette situation aussi incroyable qu’inadmissible. Mairie et préfecture prennent ainsi le risque de voir la situation empirer et tourner à l’affrontement.

Le Rassemblement national de Loire Atlantique apporte son soutien aux riverains et demande au préfet de faire évacuer les lieux de manière urgente. Le prétexte de l’asile ne peut devenir un nouveau mode de migration sauvage, qui s’ajouterait à une immigration familiale et de travail déjà conséquente.

Les migrants déboutés du droit d’asile doivent être expulsés du territoire français. Ils sont la grande majorité.

Nous demandons également au maire et à la métropole de mettre fin aux politiques publiques créant cet appel d’air sur la Loire-Atlantique et de demander à déployer les effectifs de police nécessaires à la sécurisation des personnes et des lieux en cas de squats. Nous dénonçons les associations qui encouragent les clandestins à s’installer dans des lieux privés ou publics et souhaitons que ces mêmes associations, qui aident à une véritable invasion migratoire et un dévoiement du droit d’asile, se voient privées des subventions publiques leur permettant leurs activités.

Eléonore REVEL


► SUR CE MÊME THÈME