Sélectionner une page

Communiqué


Télécharger le communiqué (PDF — 236 Ko)

En déplacement ce matin aux Chantiers de l’Atlantique, à Saint-Nazaire, la ministre des Armées, Florence Parly, vient d’annoncer que le nouveau porte-avion français appelé à remplacer le Charles de Gaulle serait construit sur place. Les premiers essais devraient être envisagés à horizon 2036. Il s’agit donc, comme souvent en termes de naval de défense, d’une démarche de long-terme, s’accompagnant par ailleurs de la construction de quatre nouveaux bâtiments ravitailleurs de forces (BRC).

Le Rassemblement national (RN) de la Loire-Atlantique se félicite naturellement que les chantiers navals de Saint-Nazaire soient sollicités pour la construction de ce futur porte-avion. C’est un honneur pour les ouvriers industriels de la région nazairienne, reconnus de tous pour leur talent technicien. Nous ne doutions d’ailleurs pas que nos chantiers navals, les plus importants d’Europe, aient la capacité de construire un tel bâtiment, ce que nous évoquions depuis plusieurs années.

Nous rappelons par ailleurs que Marine Le Pen, dans la 121e mesure de son projet présidentiel de 2017, appelait dès la première année de mandat à augmenter le Budget de la Défense à 2 % du produit intérieur brut, puis tendre vers 3 % à terme. Cette augmentation du budget de la Défense prévue dans notre projet devait notamment appuyer le financement et la construction d’ « un second porte-avions, baptisé « Richelieu« ». Le RN juge la construction de ce nouveau porte-avion capital pour « la permanence à la mer de notre groupe aéronaval ».

Gauthier BOUCHET


► SUR CE MÊME THÈME