Sélectionner une page

Communiqué


Le maire de Saint-Nazaire, que l’on sait favorable à l’accueil d’immigrés dans sa ville, poursuit visiblement dans le domaine de la préférence étrangère. Aux côtés du président du conseil départemental — lui-même élu de Saint-Nazaire — et de représentants d’autres collectivités, il figure parmi les signataires récents d’un partenariat associant son action à celle de SOS Méditerranée. Cette association, rappelons-le, est notoirement connue pour l’appui qu’elle donne, de fait, à l’immigration clandestine, par les sauvetages qu’elle organise en mer.

Confirmant sa position dans une vidéo postée ce jeudi sur le site de la Ville de Saint-Nazaire, le maire, dans une interprétation abusive du principe de « solidarité en mer » réaffirme une véritable préférence étrangère. Pourtant, bien peu de Nazairiens lui demandent de se porter ainsi au secours du monde entier. L’action d’un maire doit avant tout se porter vers ses administrés.

Auparavant, le maire avait d’ores et déjà manifesté son soutien à SOS Méditerranée, en faisant voter par son conseil municipal 60 000 euros de subventionnement pour l’association. A la suite de ce vote, en décembre, le Rassemblement national a déposé un recours auprès du tribunal administratif. Nous contestons le bien-fondé de ce type d’aide, et ne doutons pas que le nouveau partenariat entre la Ville et l’ONG, que les Nazairiens n’ont pas sollicité, donnera un argument de plus à notre démarche.

Gauthier BOUCHET


► SUR CE MÊME THÈME


Partager